Le crédit d’impôt est un avantage que tout particulier ou professionnel souhaite acquérir. Mais pour pouvoir en bénéficier, certaines conditions sont à respecter. En règle générale, ce type de crédit est associé à des travaux notamment ceux de rénovation énergétique. Qu’est ce que la transition énergétique ? Comment procéder pour en être bénéficiaire et quelles conditions respecter ? Voici un aperçu des législations qui la régissent en cette année 2017.

La transition énergétique pour le crédit d’impôt

Pour rappel, les lois qui régissent les travaux de rénovation énergétique sont susceptibles de changer chaque année. Pour 2017, il n’y a pas eu beaucoup de modifications. Le crédit d’impôt est ouvert à tout particulier dont le domicile fiscal se trouve en France. Le propriétaire, les locataires ou les occupants à titre gratuit peuvent procéder aux travaux. Le logement est, lui aussi, soumis à quelques conditions notamment une construction qui date d’au moins deux ans et son occupation en tant que résidence principale du souscripteur. Un immeuble collectif peut également faire l’objet d’une demande de crédit d’impôt dans le cas où les occupants procèdent communément aux travaux de rénovation énergétique. Le crédit sera alors distribué sous forme de quote-part. Par ailleurs, il existe quelques conditions techniques à ne pas négliger comme celles liées aux pompes à chaleur.

Un crédit d’impôt à quel taux ?

Il existe un taux unique à raison de 30% des dépenses liés aux travaux avec un plafond à ne pas dépasser. À titre d’exemple, pour un logement comprenant un seul résidant, les dépenses ne doivent pas dépasser 8 000 euros. Il est à noter que le taux est appliqué à l’ensemble du matériel uniquement sans considérer les frais de pose, à l’exception des travaux d’isolation. D’autres travaux peuvent encore être sujets au crédit d’impôt (http://www.lacity-immo.com). Avant d’entamer une procédure quelconque, il est préférable de vérifier ses droits et les conditions qui s’y rapportent.