Acheter un compresseur d’air sur des sites de vente en ligne tels qu’Amazon est une tâche difficile sans avoir des idées en tête sur les critères de choix de cet outil. En effet, il existe différentes sortes de compression selon son utilisation. Cela peut être un compresseur que vous utiliserez pour le gonflage de pneus, pour le sablage de carrosserie ou encore pour peinture avec un pistolet à peinture…

Dans ce billet, voici comment choisir son compresseur électrique !

Maîtriser le principe de fonctionnement d’un compresseur

Un moteur électrique enclenche un cylindre et comprime l’air dans une cuve étanche à une certaine pression. C’est ce que l’on appelle « groupe de compression ». Ensuite, l’air comprimé peut actionner des outils tels qu’un cloueur pneumatique, une soufflette, un pistolet à peinture…

Donc, le premier critère d’un compresseur est le débit d’air délivré. Il se mesure en litre par minute ou en mètre cube par heure. Il faut noter que 1 m3/h vaut 16, 67 l/mn. Ce débit d’air dépend du volume de la cuve et de la vitesse de remplissage de la cuve. En effet, il faut préalablement estimer le besoin de débit avant d’acheter un compresseur d’air. NB : Outre le débit d’air, il faut ensuite considérer la puissance du groupe de compression et le volume de la cuve. Ces deux critères de choix déterminent entre autres le débit d’air.

Choisir un compresseur d’air en fonction de ses besoins

Chaque compresseur d’air répond à une exigence particulière et à un type d’utilisation bien précis. Donc, pour des travaux domestiques tels que le gonflage de pneus, le soufflage ou l’agrafage, il est conseillé d’opter pour un compresseur monocylindre ou portatif. Un débit d’air de 15 m3/h et une puissance du moteur de 1, 5 CV sont suffisants. Par contre, une pression de 8 à 9 bars est conseillée pour les kits et accessoires de compresseur d’air.
Pour des travaux de bricolage (ponçage, soufflage, nettoyage à la soufflette, peinture, burinage…), il est possible de choisir entre un compresseur fixe ou un compresseur à roues selon la destination du compresseur (dans un atelier ou non). Ainsi, il faut une réserve d’air plus importante (100 à 150 litres) et un débit d’air de 15 à 25 m3/h. Une puissance du groupe de compression de 2 à 3 Cv convient parfaitement à cette tâche.
Pour un usage intensif dans un atelier professionnel, les travaux tels que le sablage, le ponçage et le meulage et autres encore demandent au moins une cuve de 200 litres, un débit d’air de 40 m3/h et une puissance de groupe de 5, 5 Cv. Il est vivement recommandé d’opter pour un compresseur triphasé.

Les autres exigences à ne pas négliger

Outre l’adaptation du compresseur d’air au type de travaux, il ne faut pas négliger l’importance du support pour bien choisir un compresseur. Par exemple, pour un compresseur aérographe, il faut considérer la surface à peindre et la taille de la buse. Plus l’on travaille sur une surface importante, plus le besoin en air comprimé augmente. Le confort acoustique est aussi un critère de choix d’un compresseur. Par exemple, il est possible de choisir un compresseur à piston sec ou à bain d’huile. Cela dépend de ses exigences. Enfin, il est conseillé d’opter pour un compresseur simple d’utilisation et d’entretien. C’est plus agréable ! Pour trouver un compresseur électrique pas cher, n’hésitez pas à visiter le site diamwood.com.